Bienvenue

Depuis le printemps 2008 je partage ici en photos mes balades pour vous faire découvrir ces deux beaux départements voisins, différents mais complémentaires, que sont la Drôme et l'Ardèche.

La liste des balades présentées géographiquement se trouve dans les onglets en haut de la page. Elles sont de niveau facile en majorité, le contraire est précisé.

Bonne balade ici et ailleurs.


D'autres photos de la région avec moins de texte sur mon blog photos


Mention expresse est faite ici que je suis l'auteure de chacune des photographies mise en ligne sur ce blog et signées "LENA26"

---

jeudi 31 juillet 2008

Nyons : les ruelles de la ville haute

J'aurais peut-être dû commencer par là : un aperçu des vieilles ruelles tortueuses de ma ville à flanc de rocher. On parle beaucoup des olives et des oliviers, du climat exceptionnel, moi j'ai décidé de vous offrir une balade dans des lieux moins connus mais qui valent le détour.






Le plus ancien quartier de Nyons se situe entre la rue des Grands Forts et la rue des Petits Forts. Il a conservé en partie un caractère médiéval.
Des ruelles taillées dans le roc relient les deux rues entre elles.








Non loin de la tour Randonne, le Calvaire :










Et toujours des petits passages curieux qui relient les ruelles :





Une explication sur ce nom étrange : peut-être



























Les remparts :




















J'espère vous avoir convaincu de vous aventurer au delà des itinéraires conventionnels qui mènent à la tour Randonne et vous donner l'envie de flâner dans ses ruelles piétonnes à l'atmosphère si particulière.

jeudi 24 juillet 2008

La Loire prend sa source au Mont Gerbier de Jonc (Ardèche)


Sa source ? Ses sources il vaudrait mieux dire : la Loire est en effet constituée au départ d'un ensemble de petits ruisseaux issus d'une nappe phréatique située sous le mont Gerbier de Jonc. Ces ruisseaux se rejoignent pour donner naissance à la Loire, parcourant ainsi 1020 km à travers notre pays, ce qui en fait le fleuve le plus long de France.
Que faire en béquilles ? Pourquoi pas un petit pique-nique au bord de la Loire justement :


On va voir les vaches ?
Un nouvel aperçu rapide de la flore ardéchoise toujours aussi magnifique :






Digitale (digitalis purpurea)








L'angélique (famille des Apiaceae - ombellifères)








Reine des pré aux vertus antalgiques








Lys Martagon (Lilium martagon)






Le lys Martagon est protégé en certains endroits



Une escapade sur le plateau ardéchois n'est pas concevable sans un détour par le Mont Gerbier de Jonc, bien connu des élèves donc pour la raison citée plus haut.
Et il est bien évidemment dans la tradition de la famille d'y grimper (enfin on va en laisser une en bas, on a voulu la trainer par les cheveux mais elle a pas voulu). Le Mont culmine à 1551m.

Mais que voyons nous ?


Saperlipopette !!!!! Un tourniquet en bas du Mont Gerbier de Jonc ! Ca jure un peu tout de même. Manque plus qu'un escalator (enfin y'en a une que ça arrangerait), et une boutique souvenirs en haut.

Ah bon c'est pour la sécurisation et l'entretien : ça coûte vachement cher ici des fils de fer barbelés et des cordes. Mais le plus honteux je me demande si c'est de faire payer la montée au Gerbier ou de voir tous ces touristes, y compris des enfants monter en tong là haut ! Complètement inconscients !

Bon payons de bonne grâce :

Heureusement, ça vaut le coup !! Si vous regardez bien, vous verrez même les monts enneigés des Alpes au loin.






Allez redescendons pour effectuer une autre tradition : remplir nos bouteilles de l'eau de la Loire prise à la source.


Tiens une photo de WC, mais pourquoi donc une photo de WC ?

Parce ce qu'il faut regarder de plus près :

- Tout d'abord ce sont des toilettes sèches donc écologiques.
- Ensuite leur concepteur est situé à Nyons (chez moi) !!!

Un petit tour par Ste Eulalie :


La ferme de la Clastres (XIème siècle) au toit typique de lauzes et de genêts.

Nous terminons cette belle journée par un pique-nique composé de spécialités ardéchoises, dans un pré devant un magnifique coucher de soleil derrière le Mont Gerbier de Jonc. Elle est pas belle la vie ?





Deux jours inoubliables !

mercredi 23 juillet 2008

Lachamp-Raphaël -> la cascade du Ray Pic (Ardèche)

Nous voilà pour deux jours entre filles sur le haut plateau Ardéchois, ma sœur, ma tante et moi-même, sur les lieux de vacances de notre enfance. Les odeurs de genêts et de foin (et de bouses de vache) nous transportent avec nostalgie quelques années en arrière.

Les Charmilles : Hôtel très...heu....pittoresque de Lachamp Raphaël.









Lachamp Raphaël est le plus haut village d'Ardèche avec une altitude de 1330 mètres.













La maison de vacances de notre enfance.








Nous avions décidé d'emprunter le sentier descendant sur 7 km jusqu'à la cascade du Ray Pic, quitte à remonter en stop par la suite si le temps nous manquait pour retourner au village.




Le paysage au début de notre marche :
les prés à perte de vue, les montagnes au loin.



Le sentier est bien balisé : il faut suivre les marques jaune et rouge :





Nous longeons le pré et suivons le balisage jusqu'à la rivière en contrebas. Nous traînons un peu pour admirer la flore superbe et variée du plateau Ardéchois.




Coronilles et violettes


















Gentiane en fruits














Œillets










En bas de la pente, il faut
prendre le sentier en hauteur pour
éviter ceci : la gadoue des vaches






Nous arrivons alors devant un pont dernier cri en matière d'architecture champêtre :


Ça va, ça tient debout, on continue :


Tout au long du sentier, il y a des clôtures à franchir, des barrières à ouvrir qu'il faut penser à refermer derrière soi pour les troupeaux.

Derrière nous au loin : Lachamp Raphaël que l'on a laissé

Et toujours en passant, un petit inventaire de la flore locale :




Arnica












Épilobe













Mais que vois-je : des myrtilles !!!


Et oui, le chemin de randonnée emprunte une route : patience ce n'est pas long et pas très fréquenté.









Et surtout il est bordé de fraises des bois !








Le balisage mène à un chemin sur la gauche.



En le suivant, le paysage se transforme et il faut traverser un sous-bois de hêtres











Puis une forêt de fougères



















Le chemin mène à un pré dont il faut franchir la clôture en escaladant.









Descendre ledit pré






On arrive alors à une deuxième forêt de fayards qu'il faut traverser en descente, toujours en franchissant des clôtures.




Et là les choses se corsent : soit vous faites bien attention et vous regardez ou vous mettez les pieds parmi les racines et les pierres glissantes, soit...












Vous vous faites une entorse comme ma sœur, ce qui vous oblige à appeler les secours et à être amené à l'hôpital d'Aubenas (chic il est pas encore fermé celui-là).

Et oui, la balade se termine précipitamment, mais que cela ne tienne, cela nous obligera à revenir pour la terminer.


Un grand merci aux pompiers de Ste Eulalie et du Béage !

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...