Bienvenue

Depuis le printemps 2008 je partage ici en photos mes balades pour vous faire découvrir ces deux beaux départements voisins, différents mais complémentaires, que sont la Drôme et l'Ardèche.

La liste des balades présentées géographiquement se trouve dans les onglets en haut de la page. Elles sont de niveau facile en majorité, le contraire est précisé.

Bonne balade ici et ailleurs.


D'autres photos de la région avec moins de texte sur mon blog photos


Mention expresse est faite ici que je suis l'auteure de chacune des photographies mise en ligne sur ce blog et signées "LENA26"

---

lundi 16 août 2010

Nyons : Le Devès (2)


Cette balade, l’une des premières que j’ai effectuée à mon arrivée puisqu’elle débute à proximité de chez moi, permet de découvrir la géographie de Nyons avec un beau panorama sur la ville, la végétation des lieux puisque l’itinéraire traverse des champs d’oliviers, des bois de pins et de chênes puis la garrigue, et enfin aborde une petite partie de l’histoire locale avec la chapelle Notre Dame de Répara située au col du Pontias.

La boucle répertoriée dans les guides débute à la cité scolaire de Nyons, monte au Devès, cette colline au pied de laquelle a été fondé Nyons, puis emprunte une partie du GR9 en virant à gauche direction col du Pontias.

Pour moi aujourd’hui qui songe effectuer quelques photos de la ville avant mon départ, j’emprunterai le GR9 dans l’autre sens, pour une descente progressive de la colline vers la ville jusqu’à la rue de Devès.

Départ à la cité scolaire donc, en empruntant à droite la rue Escoffier qui grimpe fortement (idéale pour l’entrainement au démarrage en côte), jusqu’à un chemin de terre qui grimpe doucement en direction du col, à travers les villas et les oliveraies. Le chemin se transforme ensuite en sentier qui longe des propriétés.

Depuis mon arrivée, le chemin a été balisé correctement et il n’y a aucune difficulté.



Une maison récente aux proportions démesurées, dont le faste ressemble plus au palace d’un émir qu’à un mas provençal…


Même si Nyons porte le surnom de Petit Nice, cette architecture a plus sa place sur la Côte d'Azur qu'en Drôme provençale.





Celle-là est plus modeste !



















Le lycée/collège de Nyons en travaux

J'ai souhaité partir tôt ce matin pour éviter le poids de la chaleur, et pour l'instant je n'ai rencontré que ce randonneur qui filait d'un pas décidé :



Ici pour moi c’est à droite, retour à Nyons…

A partir de là on emprunte le GR9





Pour continuer la balade à gauche et voir la chapelle de Répara, c’est pas là (clic).

Le chemin continue en ligne de crête.

Vue sur Garde-Grosse et le St Jaume droit devant


A gauche, vue sur la vallée de l'Eygues en amont, à droite vue sur la ville en descente progressive.

Le pont de l'Europe

Il faut fréquemment marcher sur un parterre de roches. De bonnes chaussures sont nécessaires.

La place de la libération, l'avenue Henri Rochier, la Draye de Meyne haut.

La vieille ville et le clocher à campanile

L'Eygues, boueuse par suite d'orages en amont...



La Citadelle, les Bas Rieux, le Four à chaux


Au centreLe Pont Roman, le tunnel sous la Citadelle


Au premier plan la maison de retraite La Pousterle


Les bâtiments en travaux de la cité scolaire à proximité de la vieille ville


La colline, avec de plus en plus de constructions et de moins en moins d’oliveraies…




La Tour Randonne

Au final, la descente s'accentue et devient glissante par endroit en raison des cailloux provenant de l'érosion des rochers plus haut.

Et en apothéose, en toute fin de parcours, prenez garde où vous marchez car le célèbre GR9 à Nyons est un lieu d'aisance pour chiens.



Atterrissage rue du Devès (photo de gauche)
photo de droite : rue des Alpes




Une balade recommandée pour découvrir Nyons de façon globale dans son environnement géographique, avant de poursuivre de plus près dans les rues de la vieille ville.








mardi 10 août 2010

Venterol : Serre Long - Chante Cocu et Beauregard (Drôme)

Aujourd’hui, malgré la chaleur et les tracas de mon déménagement, je vous propose une agréable balade de collines, à la découverte de paysages variés : vues sur les premières montagnes de la chaine entre le Rhône et les Alpes, traversées de vignes, de forêts de pins et de chênes, découverte des restes d’un passé marquant pour la région.
(clic pour agrandir)

Cette balade correspond à l’ancienne boucle 47qui n'est plus répertoriée. De rares vestiges de ce balisage ne permettent pas de suivre le parcours autrement qu’avec une carte IGN. Inversement, cette boucle de randonnée est bien indiquée sur la mienne achetée récemment. Il faudrait que les autorités du tourisme dans la Drôme accordent leurs violons… De ce fait le départ de la balade est laissé à l’appréciation de chacun.
Nous nous avons choisi de débuter au lieu dit « Les commanderies » car il est aisé de garer sa voiture et parce que j’y avais aperçu une flèche jaune m’indiquant la présence du chemin (à gauche de la route, direction les Banestels, voir carte)


La balade commence drue, par une forte pente pour accéder à la colline. Mais l’effort est récompensé par la belle vue qui s’offre à nous :

Le hameau de Novézan

Au loin Notre Dame de Beauvoir au dessus de Rousset les Vignes, qui a fait l'objet d'une autre balade

Le Courbiou, au dessus de Venterol, qui a fait l'objet d'une autre balade

Ensuite le sentier n’est pas évident à suivre dans ce dédale de chemins de sables. Mais en fait c’est très simple, il suffit de prendre le sentier le plus haut, puisqu’il s’agit de suivre la ligne de crête.



Ensuite c’est tout droit, direction sud-est, face à Garde-Grosse en première ligne devant le Mont Ventoux au loin.



Garde-Grosse et le St Jaume dans l'ombre (qui a fait l'objet d'une autre balade)
Le sentier est facile, sauf une ou deux descentes assez glissantes.

Venterol

Le Mont Ventoux

Le sentier rejoint la route menant de Venterol à Vinsobres, la D619 qu’il faudra suivre sur un peu plus de un kilomètre.

Pas de panique, la route, même en cette période touristique, est peu fréquentée. De grands arbres nous offrent leur ombre et surtout nous croisons à gauche de la route dissimulée dans un creux la chapelle Ste Perpétue. Malheureusement l’intérêt de la visite ne se situe pas à l’extérieur mais à l’intérieur qui recélerait des fresques.

Ce n’est pas indiqué mais parait-il on peut la visiter en se procurant les clés au café de Venterol…

Il ne faut pas oublier de quitter la route et de bifurquer un peu plus haut sur la droite, au col, à l’intersection qui mène tout droit à Vinsobres et à gauche à Nyons par la crête.

Le retour est très différent de l’allée. Le sentier se transforme ici en chemin, qui tantôt traverse ou longe des vignes, tantôt traverse des bois puis en fin de parcours longe des ravins façonnés par la nature.














Vinsobres au loin

Retour par les vignes


Un œil attentif sur la carte est indispensable pour ne pas s’égarer dans ce dédale de chemins d’exploitations. Toutefois, tous les chemins menant à Rome, il y a toujours moyen de se rattraper.














Des ravins façonnés par la nature


Des traces laissées par l'Homme

Au bout de quelques décennies, les carcasses de vieilles voitures se marient bien avec la nature. Celle-ci a encore sa plaque d'immatriculation et pour les connaisseurs c'est une Dauphine Go (Gordini ?) - c'est ce qu'il y a indiqué dessus... C'est de ma mémoire ma quatrième épave de voiture rencontrée depuis le début de mes balades dans la région.















Passage du ruisseau. La carte indique torrent ou ruisseau de La Fosse. Elle coule en effet principalement au fond d’une fosse à la profondeur parfois impressionnante. Nous n’allons pas tarder en nous en rendre compte de plus près…





Et c’est au milieu des vignes et de nulle part que soudain surgit cet édifice dont la couleur et l’état général laisse présager une utilité lointaine. Un viaduc franchit le ravin. Le mot viaduc n’est pas usurpé, la profondeur est assez importante pour donner le vertige à se pencher au dessus du petit parapet.












Espérons qu’il est encore en assez bon état pour supporter les seuls tracteurs qui doivent encore l’emprunter de nos jours.



Ce viaduc est l’un des vestiges de la ligne ferroviaire Pierrelatte-Nyons mise en service en 1897 et fermée en mars 1951.

Il reste d'autres vestiges de ce temps passé, notamment la gare de Nyons, terminus de la ligne, a été reconvertie en sous-préfecture.




On approche de l'arrivée
Les montagnes que j'ai pu observer (me signaler toute erreur). Le problème avec les montagnes c'est que selon l'angle, on a du mal à les reconnaitre, pfff....





Et c'est l'arrivée où se trouve encore un vestige.















Ici d’après ma carte, le train passait dessous cette fois. Actuellement le fossé est rempli d’eau.

Une jolie balade qui met à l’épreuve votre sens de l’orientation, mais que je ne recommanderai pas en temps de vendanges par crainte d’un fort trafic de tracteurs.

A bientôt avant le départ
Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...