Bienvenue

Depuis le printemps 2008 je partage ici en photos mes balades pour vous faire découvrir ces deux beaux départements voisins, différents mais complémentaires, que sont la Drôme et l'Ardèche.

La liste des balades présentées géographiquement se trouve dans les onglets en haut de la page. Elles sont de niveau facile en majorité, le contraire est précisé.

Bonne balade ici et ailleurs.


D'autres photos de la région avec moins de texte sur mon blog photos


Mention expresse est faite ici que je suis l'auteure de chacune des photographies mise en ligne sur ce blog et signées "LENA26"

---

mercredi 27 avril 2011

Suze la Rousse : le château (Drôme)

Cap aujourd'hui sur Suze La Rousse, au milieu des vignes de la Drôme Provençale, qui abrite l'un des trois châteaux acquis par le département, avec celui de Grignan et celui des Adhémar à Montélimar
 
La visite commence par une énigme :













Le château de Suze est propriété des
Princes d'Orange du 12ème au 15ème siècle. Il est protégé par son rempart, ses tours et son fossé.





Par cette porte, les villageois pouvaient se replier dans le château en cas d'attaque.


Au xvème siècle, la forteresse passe aux mains des La Baume-Suze.




Blason des La Baume Suze

L'actuel pont qui permet d'accéder au château a remplacé en 1626 un pont levis, à une époque où la forteresse militaire perd son rôle défensif.

Dès le pont franchi, nous accédons dans la cour d'honneur qui date du 16ème, lorsque le château est transformé en demeure de plaisance.




La cour est équipée d'un système de récupération des eaux de pluie : sol incliné, gargouilles, puits d'accès à la citerne de récupération.






Une exposition nous permet de faire connaissance avec la marquise de Bryas, dernière occupante des lieux. On a du mal à croire que cette bâtisse gigantesque, aux pièces de dimensions impressionnantes, située en plein mistral, puisse avoir été une demeure privée.



La Marquise de Bryas née en 1887, est une descendante des propriétaires historiques du château par sa mère. Elle sera veuve très tôt en raison de la grande guerre.

Le salon octogonal
 
Propriétaire du château à la mort de sa mère, elle s'y installe en 1939 et y mène une vie discrète et sobre : il n'y a pas l'eau courante jusqu'en 1950 et seuls ses appartements sont chauffés. Elle ne se remariera pas et mourut sans descendance en 1958. La château est acquis en 1965 par le département de la Drôme.




Le décor rocaille célébrant la nature du salon bleu est attribué à Jean-Baptiste Franque.






Depuis 1978 les murs du château accueillent l'université du vin qui accueille étudiants et professionnels.






Bibliothèque et salle de travail de l'université du vin.

La salle d'armes






Vue sur le village de Suze la Rousse et le Mont Ventoux depuis la salle d'arme du château









L'escalier d'honneur

Le château est borné à l'Est par une vaste garenne de 23 hectares qui lui sert de parc.


Entrée du jeu de Paume
Les propriétaires y ont affirmé leur autorité en y construisant un pigeonnier, des voies de circulation, une glacière, une chapelle ainsi qu'un jeu de paume construit au 16ème dont chose rare, il reste des vestiges.








Chapelle St Michel






 

 

Pour visiter ce beau château, il vous en coutera la modique somme de 3,50 euros (gratuit jusqu'à 18 ans). L'accès au parc est gratuit.


mercredi 6 avril 2011

Vallon Pont d'Arc : le vallon de Tiourre


Les gorges de l’Ardèche, ses kayaks, ses voitures, ses motos, ses campeurs, ses touristes... Je vous propose aujourd'hui une balade dans un havre de paix, une pause dans l'agitation touristique que connait les rives de la célèbre rivière ardéchoise éponyme. Pour cela il faut s'en éloigner quelque peu et s'intéresser à l'un de ses affluents, le ruisseau de Tiourre.

Se garer au parking situé à l'épingle à cheveux après le tunnel de Tiourre (en venant de St Martin ou St Remèze). Un chemin nous mène par une rude descente directement au vallon où reposent les ruines d'un ancien moulin.





On a du mal à imaginer qu'à l'époque ce moulin avait des clients tant le lieu est encaissé !

Le murmure d'une rivière nous accueille. Nous arrivons au confluent du Tiourre et du ruisseau de Pissevieille.





A droite nous apercevons la cascade du même nom qui ô merveille coule. Elle est en train de subir l'assaut de "canyoneurs" émérites. Un frisson me parcourt, elle est haute de près de 80 mètres !




Les ruines invitent à la visite mais avec prudence toutefois, les murs semblent fragiles..





Petit pont de pierres sur le Tiourre :




Nous nous apprêtons à remonter le ruisseau quand...



une autre merveille nous interpelle : une tâche turquoise au milieu de la verdure


couleur sans trucage

l'ancien bassin du barrage est plein et l'eau y prend une magnifique couleur. On a trouvé le lieu idéal pour se poser et se restaurer.


Nous n'arrivons pas à quitter des yeux cet endroit féérique. L'eau est limpide, aucune pollution sonore ou visuelle ne vient troubler notre quiétude ou la clarté de l'eau.



Nous berce le chant de la rivière qui continue son chemin et s'échappe par dessus les bords du bassin.


Nous continuons pourtant, il le faut. Plus loin le moulin a laissé d'autres vestiges telle que cette meule.





Quelques mètres après, l'eau tombe en cascade à la manière d'un toboggan.





Et un peu plus loin une deuxième cascade.


Nous devons quitter ce lieu tranquille et magnifique avec regret. La remontée est sportive mais courte.


Le vallon est loin d'avoir livré tous ses secrets, le sentier continue ainsi que d'autres. Nous nous promettons d'y revenir.


_________________________________________________________

Mars 2016 : c'est chose faite avec cette fois un départ du hameau de Chames. 


Les photos ICI



Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...