Bienvenue

Depuis le printemps 2008 je partage ici en photos mes balades pour vous faire découvrir ces deux beaux départements voisins, différents mais complémentaires, que sont la Drôme et l'Ardèche.

La liste des balades présentées géographiquement se trouve dans les onglets en haut de la page. Elles sont de niveau facile en majorité, le contraire est précisé.

Bonne balade ici et ailleurs.


D'autres photos de la région avec moins de texte sur mon blog photos


Mention expresse est faite ici que je suis l'auteure de chacune des photographies mise en ligne sur ce blog et signées "LENA26"

---

lundi 29 décembre 2014

Mirabel : balade le long de la coulée basaltique (Ardèche)

Après s'être attardés sur le village de Mirabel, sa tour et son histoire, prolongeons la balade le long de sa longue coulée basaltique qui forme une partie de la limite sud-ouest du plateau volcanique du Coiron.


Outre des rebords abrupts et des roches basaltiques sombres qui donnent un aspect sévère, le paysage du Coiron comprend des prairies verdoyantes destinées à l'élevage ovin et bovin, ce qui forme un contraste des plus caractéristiques.

Une promenade géologique et bucolique s'annonce donc.


Une vue du paysage environnant du parking à l'entrée de Mirabel
Le plateau du coiron est nettement délimité par ses rebords abrupts, par son sol basaltique et par son altitude moyenne de 750m face aux vallées calcaires du bas Vivarais. Cette particularité s'explique par une inversion du relief. Pour faire court, car j'ai déjà abordé le sujet, le magma volcanique a recouvert le fond des vallées lors d'éruptions volcaniques qui se sont produites il y a environ 7 millions d'années.
Au quaternaire, les roches sédimentaires de l'ancienne vallée plus tendres que le basalte s'érodent. le basalte plus solide qui comblait les vallées se retrouve en point culminant.


Reprenons notre balade de la dernière fois au niveau de la chapelle St Joseph. Nous avons franchi la porte-clocher et nous nous trouvons sur la place des fontaines. Face à la croix, cette fois ci nous prenons à droite, c'est à dire nous continuons sur la route...

Nous sortons du village, et fait inhabituel, nous passons devant l'église, construite à l'écart donc...


L'église St Etienne est construite au XIIème siècle en pierres volcaniques, sur l'emplacement d'un édifice plus ancien dont il est fait mention dans un acte de 950.

 Le cimetière est attenant et de là on y a une belle vue sur la vallée.


Après cette petite pause, nous reprenons la route que l'on suit pendant très peu de temps, jusqu'à ce carrefour, recemment en travaux (mais le poteau directionnel a survécu) :


 Et l'on s'engage sur le chemin, direction "St Jean le Centenier"


 Pour descendre presque immédiatement rattraper le chemin un peu plus bas...


 ...qui nous promet d'aller tutoyer les falaises.



 Le chemin est charmant, très agréable.


 L'automne est bien là.

Citrouille aux fraises


 Nous nous rapprochons de la falaise que nous longeons d'en bas pendant un petit moment.




A gauche la masse sombre de la falaise basaltique, à notre droite des bois et des près.

Et s'approche le hameau des Rochers, le bien nommé. Car il est parsemé d'impressionnants rochers basaltiques, entre lesquels les habitations se sont fait une place. Toutefois nous nous en rendrons mieux compte de plus haut.

Un rocher au milieu d'un pré


Joli petit chemin

Premières maisons du hameau

Toujours des rochers épars

 La vue se dégage un peu plus, les prés se font plus vastes


...permettant d'admirer des prés plus lointains.


 Le panneau indique qu'il nous reste 3,6km à parcourir pour rejoindre Mirabel.


 En bout de route nous avons vue sur la vallée de la Claduègne. La route qui la remonte file vers St Gineis en Coiron ou vers Montbrun et ses balmes.


 A partir de là il nous faut prendre le sens du retour en remontant la route goudronnée vers le hameau proprement dit. La descente nous mènerait au village de St Jean le Centenier.


Maisons du hameau des Rochers






Je vous rassure il y a aussi des maisons restaurées et des maisons récentes !

Au loin le village de St Jean le Centenier

 En prenant progressivement de la hauteur nous avons vue sur les rochers qui jonchent le sol. Ils doivent plus probablement provenir d'une explosion volcanique plutôt que s'être détachés de la falaise...



 Le type de sol du Coiron semble convenir aux châtaigniers.



 Nous montons progressivement, puis suivons la route très peu fréquentée sur un terrain plat. Nous longeons la falaise mais d'en haut cette fois.



 Nous croisons une personne ramassant des châtaignes mais qui baisse les yeux lorsque nous voulons lui dire bonjour. Espérons un cas isolé...

La vue se dégage bientôt sur les grands prés au dessus du village de Mirabel qui laissent apercevoir sa tour au loin. L'arrivée est proche.



Mais auparavant, avant dernier clou du spectacle avant la vue sur la tour, comme une apothéose, il ne faut pas manquer quelque chose que l'on risque justement de manquer si on ne baisse pas les yeux, ou bien si l'on a le vertige...

En contrebas de la route, une habitation troglodytique dite "Grotte du Baumier" même s'il ne s'agit pas à proprement parler d'une grotte mais d'une habitation ayant pour toit la roche basaltique. Les premiers habitants ont creusé la roche plus friable située en dessous.



 Et pour ajouter une touche d'originalité à ce tableau, une cascade coule à proximité. Malheureusement elle n'est visible qu'après une pluviométrie conséquente...

Ce jour là, elle ne coulait qu'un petit peu, mais on était déjà satisfaits !


 Sur cette photo on voit l'emplacement de l'habitation par rapport à la route qui est située juste en dessus. Il faut donc bien penser à regarder en bas au niveau du parapet du petit pont avec beaucoup de prudence tout de même...




On continue doucement sur la route, au prochain croisement le poteau directionnel nous indique que l'on peut relier Darbres à 7,4 km ou Saint Gineis à 5,3 si l'on suit la route vers le nord.


 Mais pour nous c'est retour à Mirabel en passant devant le donjon.






Une petite balade d'environ 6 km vraiment charmante et dotée de multiples intérêts. A privilégier en automne, et pour une fois les chasseurs ne nous ont pas trop ennuyés du fait certainement de la présence des prés clôturés, même si nous les avons entendus au loin...

jeudi 11 décembre 2014

Allan : la Croix de Siméon (Drôme)

Petite randonnée automnale effectuée seule, veuillez par conséquent m'excuser si les photos ne vous paraissent pas très "vivantes"...

Lorsque je pars seule, je prends soin de choisir des randonnées qui semblent bien balisées. Celle-ci était répertoriée dans un livre et dans les fiches rando de l'Agglo (communauté d'agglomération de Montélimar) sous le numéro de boucle 135. Balisage doublé de l'itinéraire détaillé dans deux fiches, je devrais m'en sortir !

Et pourtant je vais me rendre compte que à tour de rôle l'un et l'autre vont m'induire en erreur ou bien m'aiguiller.

Pour le départ, mes deux fiches sont d'accord et démarrent du centre du village d'Allan.



Mais connaissant déjà les lieux, je choisis de partir directement du vieux village que j'apprécie beaucoup.

Porte sud


Sur le panneau de rando, la Croix de Siméon est annoncée à 3,6km. On longe les remparts et au bout, à la Porte de la fontaine, commence le chemin de Fontvieille.



Le balisage jaune est bien présent, il indique de prendre rapidement à la fourche le chemin de droite. On passe alors devant un vieux cimetière. Moi qui les apprécie, je serai plutôt déçu par celui-ci car les pierres tombales ont toutes été déménagées à part une qui est brisée.


 Il faut continuer sur un chemin goudronné, et au stop, on prend à gauche :



 Après le champ de lavandes, le balisage jaune indique de suivre un chemin à droite, mais celui-ci amène sur une mauvaise voie pour je ne sais quelle obscure raison... Il faut bel et bien continuer sur la route, le temps de la bifurcation ne viendra qu'après une grande ferme, la ferme Besson, sur un chemin qui monte dans la forêt à droite.

Ici :


 Il faut monter la large piste et rapidement prendre un chemin à droite. A partir de là, j'annonce : on peut désormais se fier au balisage jaune.



 Un chemin très zen, j'avance à pas feutrés sur un tapis d'aiguilles de pin.


Je monte progressivement en sous bois sur ce sentier en 10 min. Au niveau du pipeline, au croisement de pistes, où j’apercevrai des motocrossistes, il faut prendre à droite. Ne pas hésiter à chercher le balisage.

Des arbres de plus en plus hauts
Ce nouveau sentier très agréable également, au milieu de la pinède des Claves, me mène en 10 minutes à la fameuse Croix de Siméon, but de la balade :




 La croix de Siméon est dressée à l'extrémité des terres appartenant à l'abbaye d'Aiguebelle qui les avait achetées à la famille Siméon. Elle porte ce nom en mémoire de l'un des fils Siméon, prêtre et missionnaire en Afrique.

Pour rentrer il faut suivre le sentier et le balisage à gauche de la croix. La vue commence à se dégager sur des champs et sur la saignée du pipeline et des lignes électriques.


Je longe les ruines à gauche de la ferme "Petit Aubagne".



Au croisement de suite après à droite (même si je crois qu'à gauche c'est un raccourci)



Après le champ de lavande, on retrouve une piste carrossable qu'il faut prendre à gauche, on passe alors devant la stèle commémorant la mort d'un groupe de résistants basé à la ferme Aubagne un peu plus bas, propriété de l'abbaye d'Aiguebelle, attaqué par les Allemands le 30 mars 1944. Deux maquisards furent tués, Louis Bied et Pierre Masson, les cinq autres se rendirent après 3 heures de combat et épuisement de leurs munitions. Ils furent par la suite fusillés.


1ère à gauche, puis à droite. Bête et disciplinée je suis le balisage car mon livre divague dans les méandres des différents chemins qui coupent et recoupent le principal, il y a longtemps que j'ai perdu le fil.... J'arrive à un sommet où la vue se dégage, mais sur les premières montagnes seulement car la brume sévit en ce jour sans vent. Enfin, avant on appelait ça "brume", maintenant on dit plutôt "pollution" je crois...



J'aperçois au loin des chasseurs mais heureusement je ne les reverrai pas de plus près. J'arrive en descente au carrefour de l'Echinière. On croise ici le parcours du circuit n°136



 Il faut garder la direction Fontvieille annoncé à 2km.

Plusieurs pistes coupent celle suivie, je scrute le balisage...


J'arrive à une large clairière, l'itinéraire va à droite en forêt et une fois ressorti du bois se poursuit à droite. Devant la propriété qui se trouve à notre droite, ma fiche m'oriente vers le chemin descendant, mais je préfère suivre mon livre qui me conseille de longer la clôture de la propriété. Bien m'en pris puisque cela permet de passer devant une ruine...


...et d'arriver directement en haut du vieux village d'Allan que l'on peut ainsi visiter dans le sens retour en le traversant.










Grande rue pavée


Randonnée d'une douzaine de kilomètres, moins pour moi qui suis partie du vieux village. Prévoir du temps supplémentaire pour sa visite.


Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...