Bienvenue

Depuis le printemps 2008 je partage ici en photos mes balades pour vous faire découvrir ces deux beaux départements voisins, différents mais complémentaires, que sont la Drôme et l'Ardèche.

La liste des balades présentées géographiquement se trouve dans les onglets en haut de la page. Elles sont de niveau facile en majorité, le contraire est précisé.

Bonne balade ici et ailleurs.


D'autres photos de la région (et ailleurs parfois) avec moins de texte sur mon blog photos


Mention expresse est faite ici que je suis l'auteure de chacune des photographies mise en ligne sur ce blog et signées "LENA26" ou "lenabalades"

---

samedi 20 octobre 2018

Vallon Pont d'Arc : Gorges de l'Ardèche du pont du Tiourre au gué de Charmassonet (Ardèche)

La descente historique des Gorges de l'Ardèche est divisée en deux tronçons : le premier dit "sentier amont des gorges de l'Ardèche" démarre du Pont du Tiourre jusqu'au bivouac de Gournier. Le second dit "sentier aval" part du bivouac de Gournier jusqu'à Sauze.

Si le deuxième tronçon permet de longer la rivière en totalité sur la rive gauche, il n'en est pas de même pour le premier tronçon dont l'itinéraire prévoit le passage de deux gués, celui de Charmassonet et celui de Guitard. Je vous propose donc simplement un court aller-retour jusqu'au gué de Charmassonet sans vous mouiller (ou presque), avec toutefois beaucoup de centres d'intérêts vous allez le découvrir, dans cette réserve nationale des Gorges de l'Ardèche.

Le sentier de descente des gorges de l'Ardèche en sa totalité est un sentier sportif : rampes, mains courantes, gués. La petite portion que je vous propose d'emprunter ne présente pas de difficulté majeure, si ce n'est un risque de glissades par endroits sur rochers mouillés.

Les photos présentées ici datent majoritairement d'octobre 2017 et 2018, à une époque de sécheresse où le niveau de l'eau était très bas, si j'avais voulu j'aurais pu aisément traverser le gué, ce qui n'est pas toujours le cas, mieux vaut se renseigner au préalable sur le niveau de l'eau auprès du syndicat intercommunal des Gorges de l'Ardèche.

Entre les deux périodes, le paysage a changé. Les crues du printemps ont modifié par endroit les rives, le sentier étant réapparu sous les pas des promeneurs dans les branchages déposés et sous les mains de ceux qui ont déblayé les éboulis. Et surtout la pyrale du buis a fait son office de catastrophe écologique et esthétique alors que les Gorges avaient été jusque là épargnées. Qui pourra dire si les buis résisteront à plusieurs attaques par an ?

Revenons au départ de la randonnée situé donc au Pont du Tiourre, un chemin dans le virage. Ici la route touristique des Gorges est encore en bord de rivière et passe sur le Tiourre non loin de sa confluence avec l'Ardèche, avant de monter sur le Serre de Tourre. Hors saison il y a quelques places le long de la route. D'ailleurs vous l'avez sûrement déjà compris, je vous conseille de faire cette balade hors saison.




En ce début d'octobre 2018 un autre panneau m'attend au départ :



Bien, allons voir ce qu'il en est, St Martin d'Ardèche est bien loin !

Le chemin descend et très vite se présente le premier centre d'intérêt :

La "plage" du méandre du Révaou

Qui selon les saisons est plus ou moins submergée, en témoigne ce rocher :

Février 2018


Octobre 2017




 Allez on remonte et l'on reprend le sentier.



Tiens, ils se sont perdus ceux-là. Ah oui j'ai oublié de vous dire, c'est surprenant mais la chasse est autorisée dans la réserve naturelle des Gorges de l'Ardèche.

 Le sentier arrive très rapidement à :

La source et la cascade du Révaou

De façon pérenne, même en période de sécheresse, l'eau de la source du Révaou jaillit de la base de la falaise du Serre de Tourre après un cheminement long et mystérieux dans ses profondeurs.





 Le ruissellement a conduit a la formation d'un tuf calcaire qui parfois cède sous son propre poids. Il se reforme alors peu à peu au même endroit.







Le sentier est en contrebas de la source et du tuf, obligeant le promeneur à une petite douche qui selon la saison et le débit sera plus ou moins bien appréciée.




Le tuf calcaire est recouvert de mousse ce qui en fait un endroit très remarqué et photographié 














 Allez on repart, de toute façon on pourra apprécier à nouveau l'endroit au retour.


Dans le rétro


Le sentier continue sous les falaises du Serre de Tourre


Le sentier longe la falaise

Au passage je remarque en levant les yeux cet ancien tuf calcaire, qui laisse supposer qu'ici aussi jadis l'eau ruisselait



On continue, pas si loin notre prochaine étape :




Une petite difficulté liée aux intempéries : ici des rochers ont dévalé de la falaise sur le sentier, pour nous rappeler que nous sommes dans une zone sauvage et dangereuse.


mais un peu d'escalade et ça passe

 



Et voilà que nous sommes au pied de :

L'Aiguille du Révaou




Cette aiguille marque l'entrée de la réserve naturelle. A sa base le large porche d'une cavité.






 C'est par ici qu'un beau jour j'ai senti (au sens premier) avant de le voir, un autochtone solitaire qui ne faisait que passer :



 A proximité de la grotte, sous l'aiguille, des banquettes calcaires où il fait bon bronzer




Dans le Rétro les falaises du vallon du Tiourre


Après l'Aiguille, le panneau d'entrée dans la Réserve Naturelle et les rappels du bon comportement à adopter :









Sur l'autre rive de bon matin, un héron cendré

Avouez que déjà on a vu beaucoup de centres d'intérêt sur peu de distance !

A partir de là, le sentier continue et monte doucement au dessus de la rivière en sous-bois.







Suivre le balisage

Tiens un système de comptage des personnes qui est tombé bien bas... J'ignorais son utilisation dans les Gorges.




En fin de course le chemin monte un peu plus franchement, car si elle est de sable, c'est bien sûr une montagne qu'il s'agit de grimper !

La montagne de sable est une plage qui s'élève sur plusieurs dizaines de mètres de hauteur, on peut parler d'une dune.

Quelques mots sur la formation des plages de rivière : en s'écoulant sur sol peu pentu la rivière crée des méandres. Le courant est plus rapide à l'extérieur des virages qu'à l'intérieur. Les matériaux arrachés à l'extérieur des virages sont déposés plus loin, à l'intérieur des virages, là où les eaux sont plus calmes. Petit à petit ils forment des plages de galets ou de sable.

Les dunes de la Montagne de sable abritent des pelouses psammophiles (qui aiment le sable) composées d'espèces rare. Il convient de protéger ces pelouses du piétinement. C'est pour cette raison qu'ici plus qu'ailleurs il est demandé de ne pas quitter les sentiers balisés.

Malheureusement entre deux venues, les violentes précipitations se sont chargées du sable et des espèces qu'il abritait :

Octobre 2017 (sentier à droite des piquets)

Octobre 2018 même endroit dans l'autre sens (sentier à gauche, plus de piquets)

Finalement le sentier piétiné par des hordes de randonneurs et bien tassé lui a survécu. 

J'ai vu les même images concernant les nouveaux aménagements au niveau du Pont d'Arc. On peut donc voir que sous l'effet de fortes précipitations, un site non aménagé à l'état naturel et un site aménagé ont subi le même sort.


En haut de la montagne de sable, à la balise de randonnée, vous aurez le choix d'aller à droite ou à gauche. Suivez-moi par la droite.



Vous aurez ainsi le loisir de découvrir une autre Aiguille :

L'Aiguille des Trois Eaux

Aiguille des Trois Eaux, quand il y avait encore des buis





Et vue du haut de l'Aiguille (attention dangereux)

Rocher et bois de Saleyron sur l'autre rive

La falaise des Cinq fenêtres et celle du Serre de Tourre

En bout de dune descendons-la sur un sentier peu commode, toujours sans s'éparpiller hors du sentier.

Ici des touristes peu respectueux de l'environnement ont trouvé plus pratique de camoufler dans le sable les emballages de leur repas. C'est à dire qu'ils ont trouvé acceptable l'effort de les porter à l'aller, mais pas celui de ramener des plastiques vides et donc plus léger au retour. Et ils ont donc trouvé acceptable de polluer une nature que pourtant ils devaient apprécier pour avoir fait le déplacement. Une fois leur ventre rassasié et les lieux définitivement quittés, ce n'est plus leurs soucis. Je ramasse ce que je peux...




A la sortie de la végétation, une vaste zone ensoleillée composée de galets.







Toutefois selon l'heure et la saison, le soleil pourra être caché par les hautes falaises du Saleyron








La plage de la montagne de sable

Plus bas et près de l'eau, la plage de galets devient plage de sable. Un petit coin paradisiaque.






De la plage de la montagne de sable, il faudra remonter un peu en oblique pour retrouver un peu plus haut le sentier balisé





Grotte au pied des falaises du Saleyron en face









 Soudain des murets en pierres sèches laissent supposer une occupation agricole ou pastorale ancienne. 




Et c'est alors qu'au bord du chemin vous ne pourrez manquer :

La grange du Charmassonet 






















































Cette bâtisse a été sommairement retapé, à la différence de ces ruines à proximité






Et au fond une belle baume et des traces d'occupations (ainsi que l'odeur d'occupation des chèvres)




Et un peu plus loin si on cherche un peu, un petit bijou



 Ici c'est plus qu'une grange, les ruines d'une véritable maison d'habitation, tout pour subsister, des oliviers,



 un four à pain


 
des chèvres ou des moutons (il y a encore de la paille dans la grange)





 une citerne (vide)



et le petit bijou, le voici, ces vieilles ruches à l'ancienne, des ruches troncs, écologiques et naturelles les abeilles trouvent dans ces troncs un refuge naturel qui réveille leur instinct.




 Et ô joie ! Celle-ci est encore occupée :




Allez on continue en droite ligne jusqu'au gué









 Plus loin le passage est bloqué par les rochers de la pointe de la Rouveyrolle, il faut donc traverser.



 Pas de doute, le gué est ici




 Le gué de Charmassonet


Le gué de Charmassonet

 Avec un niveau de l'eau bien bas pour octobre.



 Je reste un moment à regarder les canoés qui frottent les cailloux puis je repars, direction demi-tour !




A proximité

 Avec une point de vue différent et un éclairage qui le sera aussi.




















Douche obligatoire


Ce n'est pas souvent que propose des allers-retours, je ne le fais que pour des balades qui le mérite, et celle-ci en fait partie, tellement que j'y retourne souvent pour me changer les idées et que je ne dispose que de peu de temps puisqu'il ne vous en coutera que 6km au compteur. Avouez que l'on voit de belles choses sur peu de kilomètres ! Démarrez du bord de la rivière permet d'éviter les dénivelés pourtant propres aux balades dans les Gorges, ce qui en fait une balade relativement aisée. Il faudra cependant prendre garde sous la cascade du Révaou à ne pas glisser sur les rochers mouillés.

Je voudrai remercier ici l'auteur du site de référence en matière de toponymie des Gorges de l'Ardèche. C'est en effet sur son site que je trouvé la majeure partie des noms des lieux que je traverse lorsque je me promène dans les Gorges, lieux qu'il semble connaitre comme sa poche pour les fréquenter à pied, en grimpant et en pagayant. Il s'agit de Couleurs d'Ardèche par Mathieu Morverand.

Enfin un dernier mot pour dire que ce blog n'est pas une incitation à la pollution, merci de ramener vos déchets avec vous, peu de mes lecteurs se reconnaitront j'espère...


le parcours en "3D"

Source Geoportail



La montagne de sable et la pointe des Cinq Fenêtres du bois de Saleyron

La pointe des Cinq Fenêtres et les falaises du Saleyron vus du bois de Saleyron






Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...