Bienvenue

Depuis le printemps 2008 je partage ici en photos mes balades pour vous faire découvrir ces deux beaux départements voisins, différents mais complémentaires, que sont la Drôme et l'Ardèche.

La liste des balades présentées géographiquement se trouve dans les onglets en haut de la page. Elles sont de niveau facile en majorité, le contraire est précisé.

Bonne balade ici et ailleurs.


D'autres photos de la région avec moins de texte sur mon blog photos


Mention expresse est faite ici que je suis l'auteure de chacune des photographies mise en ligne sur ce blog et signées "LENA26"

---

dimanche 22 juin 2014

Réauville : la sablière (Drôme)


 
Aujourd'hui un court article pour une sortie écourtée par une quasi canicule. Mais on y retournera comme on dit toujours !

Je me rappelais vaguement avoir fouillé le sol étant petite quelque part dans la Drôme à la recherche de dents de requin, mais impossible de savoir où exactement (j'étais vraiment petite). Et bien maintenant je sais ! Il s'agissait probablement de la carrière fossilifère à ciel ouvert de Réauville. La présence de dents de requins mais aussi d'autres fossiles témoigne de l'existence d'une mer ici il y a 25 millions d'années.



Au Miocène, la mer remonte le couloir rhodanien, Réauville est sous les eaux. Les sédiments déposés dans les fonds marins ont recouverts et conservés les restes d'animaux qui peuplaient les fonds. Les couches se superposent, des plus anciennes au plus récentes. Il y a deux millions d'années, la mer s'est retirée. Puis l'érosion fait affleurer les différentes couches, laissant apparaitre les restes d'animaux devenus fossiles au fil des millénaires

Pour m'y rendre j'ai d'abord jeté un oeil sur ma carte IGN car sinon elle n'est pas précisemment localisée sur le net. Je vais donc essayer d'être plus précise :

En arrivant du sud, prendre dans Réauville la route d'Allan. Au niveau du cimetière et de sa place ombragée, tourner à gauche, devant les poubelles. Un petit panneau indique "La Sablière de Réauville" à 700 mètres. L'itinéraire est déconseillé aux poids lourds, en raison de l'étroitesse de la voie.











Un parking nous reçoit, équipé de toilettes sèches. Il fait déjà chaud, et pas un seul point d'ombre. Mais pour l'instant :



L'endroit est libre d'accès, un sentier aménagé nous entrainera à la recherche des fossiles et de sept panneaux d'information nous présentant les lieux d'un point de vue géologique, historique ou botanique. 



Le premier panneau nous présente le plan de la sablière et nous donne quelques consignes de sécurité et de bonne conduite, notamment pour préserver les lieux il est interdit de faire des feux ou d'utiliser des outils pour dénicher les fossiles. Non seulement les outils abîment le sol (et les fossiles) mais ceux qui les utilisent laissent moins de chances aux suivants de faire des trouvailles intéressantes. Alors merci de penser à la nature et aux prochains !


Baguenaudier


Pour l'instant nous prenons le parti de nous familiariser simplement avec les lieux en suivant sagement le sentier au lieu de nous précipiter au sol. Nous arrivons ainsi rapidement devant les carrières, dont l'accès est interdit par du grillage.



Cette carrière a longtemps été exploitée pour son sable. En principe un panneau devrait nous en apprendre plus sur le sable mais son état le rend illisible. Nous allons malheureusement découvrir que la plupart des panneaux sont dans un piteux état, détériorés ou inaccessibles du fait de l'envahissement de la végétation et donc du manque d'entretien général.

Un autre panneau très intéressant à proximité mais là encore en mauvais état nous montre ce que nous pourrions avoir la chance de découvrir ici : des mollusques bivalves ou plus fréquemment simplement des morceaux, des coraux, des dents de sélaciens, requins et raies, dont le squelette cartilagineux s'est lui désintégré.

Le sentier poursuit dans la forêt et nous soufflons un peu à l'ombre de la dense yeuseraie, la forêt de chênes verts. Un panneau nous présente les insectes qui la peuplent. 


 
Avant cela nous aurions eu la possibilité de nous diriger vers les tables de pique-nique que proposent aussi le site, mais nous nous dirigeons vers ces ruines en dérangeant un gros serpent qui se dorait au soleil et nous fait part de son mécontentement en sifflant.




Nous continuons le chemin, un dernier panneau très usé voudrait nous parler de la molasse, cette roche sédimentaire est ici sableuse et a servi aux hommes pour cimenter les pierres de construction. Mais la molasse peut aussi être très compacte, comme celle de Saint Restitut qui a servi à bâtir l'église et la Mairie de Réauville. 

La petite boucle instructive terminée, nous nous jetons au sol pour commencer la fouille, outillées seulement de nos mains et de bons yeux. La tâche s'annonce compliqué, le sol a déjà été fouillé depuis plusieurs générations. Je ramasse quelques morceaux de bivalves. Il fait très chaud, pas un brin d'air mais nous nous fixons le devoir de trouver au moins une dent de requin avant de repartir. Les minutes avancent sans succès, nous commençons à nous décourager. Derrière le buisson là je suis sûre que peu de personne n'y est allé. Pari gagné ! Chacune est reparti avec sa seule et unique dent de requin trouvée par elle-même. Nous pouvons partir, transpirantes mais heureuses du devoir accompli. 


Pour résumer, une balade familiale, ludique et pédagogique, à ne pas faire par forte chaleur car le site de fouille n'est pas ombragé. Mérite que des mécènes rénove l'endroit !






Notre trouvaille :






2 commentaires:

Richaud Caroline a dit…

Bonjour,

Recherchant des renseignements sur Allan, nous nous sommes laissés tenter par la balade à Réauville...Ce n'était pas la canicule hier, plutôt la "caresse" (glaciale) de l'ami Mistral... Superbes coins que vous arpentez et que vous faites partager avec générosité ! Si vous ne connaissez pas les Balmes de Montbrun et Labeaume en Ardèche, ou encore les dentelles de Montmirail et l'oppidum de Durban en Vaucluse, nous nous ferons un plaisir de partager ces coins avec vous. Belle journée à vous, et bonnes fêtes,
Caroline et Manu (carolinerichaud(arobase)yahoo.fr)

Lena26 a dit…

Bonsoir Caroline, merci de la visite et je suis bien d'accord, il y a tant de superbes coins à deux pas de chez nous, c'est difficile de tout connaître et ce blog permet de partager les quelques lieux que je connais. Par ailleurs je parcours souvent les nombreux autres blogs de randonnées les yeux brillants d'envie de découverte. Difficile de tout faire, le temps manque, la météo n'est pas toujours favorable...

Pour les balmes de Montbrun, j'ai déjà pu en parler :
http://balades26-07.blogspot.fr/2012/05/les-balmes-de-montbrun-depuis-st-gineis.html

et ici :

http://photo-deci-dela.blogspot.fr/2014/04/saint-gineis-en-coiron-les-balmes-de.html

Et bientôt quelques photos des dentelles de Montmirail.

J'ai déjà visité le village de Labeaume mais pas les environs, quant à Durban je ne connais pas.

Hier nous sommes allés dans les Gorges de l'Ardèche, au son mélodieux des hurlements de chien et des trompettes (soupirs). Nous avons presque eu chaud, enfin surtout dans la remontée.

Au plaisir de se rencontrer peut-être un jour.

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...