Bienvenue

Depuis le printemps 2008 je partage ici en photos mes balades pour vous faire découvrir ces deux beaux départements voisins, différents mais complémentaires, que sont la Drôme et l'Ardèche.

La liste des balades présentées géographiquement se trouve dans les onglets en haut de la page. Elles sont de niveau facile en majorité, le contraire est précisé.

Bonne balade ici et ailleurs.


D'autres photos de la région avec moins de texte sur mon blog photos


Mention expresse est faite ici que je suis l'auteure de chacune des photographies mise en ligne sur ce blog et signées "LENA26"

---

samedi 23 mai 2009

Chateauneuf de Bordette : le domaine des Perdigons (2) -Drôme

Dans le cadre de la fête nationale de la nature, la mairie de Chateauneuf de Bordette et le comité des fêtes proposèrent pour la première fois cette année à un large public une découverte de la flore et de la faune du domaine des Perdigons. Et c'est une cinquantaine de personnes qui répondit présent ce jour là à l'entrée du domaine, écoutant avec attention la présentation des intervenants et les explications de Monsieur le Maire sur la vocation de ce site. Parmis les intervenants, Laurence Jullian du CREN (Conservatoire Rhône Alpes des Espaces Naturels), Christian Teyssier de l'association Vautours en Baronnies, Rolland Tourré directeur de l'association foncière pastorale, ainsi que Philippe Cahn et Mickaël Fage de la commune.

L'association foncière pastorale

L'association foncière pastorale est un projet vieux de 10 ans dont la nécessité s'est imposée face à un constat : sur les 1500ha de la commune, seuls 200ha sont cultivés. Le reste, laissé à l'emprise de la végétation méditerranéenne, faisait courir un risque d'incendie. Ainsi avec le concours de la Direction Départementale de l'Agriculture, les pompiers et la chambre d'agriculture, a été mené à bien ce projet d'association foncière pastorale. La commune a dû racheter des terres et avec 70 propriétaires, s'est mis en quête de trouver un berger dont les moutons entretiendraient le domaine de décembre à juin.

La Faune


Le domaine des Perdigons, qui fait partie de l'AFP accueille 420 espèces de plantes et dans ses falaises des nichées de vautours fauves, initialement réintroduits à Rémuzat, qui sont éloignés au fil du temps de leur territoire originel.



Les quatres espèces de vautours nécrophages réintroduits en France sont le vautour fauve, le vautour moine, le vautour percnoptère , le gypaète barbu. Ces quatre espèces avaient quasiment disparues du territoire. L'origine de leurs disparitions est multiples : persécutions, changements importants au niveau de l'agriculture et en particulier du pastoralisme, réglementation vétérinaire qui obligeait à l'équarrissage des cadavres d'animaux. Plusieurs programmes de réintroduction ont été entrepris à l'échelle nationale.

Brièvement pour différencier en vol un aigle d'un vautour fauve, ce dernier est massif, a une queue courte et étalée afin de lui permettre de planer en utilisant les courants thermiques ascendants. Il a la tête blanche, les grandes plumes de la queue et des ailes noires, et le reste du corps brun presque gris. L'aigle royal est plus fin et a une queue plus longue et étroite. On peut en observer sur Montaulieu.
La zone allant de Chateauneuf de Bordette jusqu'à Verclause est un site qui fait partie du réseau Natura 2000, mis en place par l'Europe. C'est un site classé comme remarquable par rapport aux espèces qu'il contient (ici les oiseaux). "La directive « Oiseaux » propose la conservation à long terme des espèces d’oiseaux sauvages de l’Union européenne en ciblant 181 espèces et sous-espèces menacées qui nécessitent une attention particulière. Plus de 3000 sites ont été classés par les Etats de l’Union en tant que Zones de Protection spéciales" Source


Le vautour erre sur un immense territoire de 5000km2. Ils peuvent effectuer 300 à 400km dans la journée. Ils leur arrive de se déplacer très loin de leur colonie d'origine. Un vautour fauve bagué à Remuzat a été retrouvé électrocuté à Gibraltar. Actuellement il n'y a plus qu'un seul couple nicheur de vautour fauve sur Châteauneuf, qui dispose d'une placette de nourrissage autorisée par voie préfectorale avec avis sanitaire. Les premières années de réintroduction nécessitent un apport régulier de cadavres sur ces placettes afin de maintenir les oiseaux sur le site dans un premier temps. Par la suite, les vautours commencent à trouver d'eux-mêmes leur nourriture.D'autres rapaces peuvent être observés sur le site comme le Vautour percnoptère, le faucon pèlerin, Le Circaëte Jean-le-Blanc, le Hibou Grand-Duc,... Le Circaëte est un migrateur, mangeur de reptiles, qui a un taux de reproduction assez faible (un seul œuf). Plutôt rare en France il est bien représenté ici. Il niche dans un nid minuscule installé dans un arbre.


Sont également présents, parmi les 70 espèces d'oiseaux représentées ici, le merle bleu, l'hirondelle des rochers, la bondrée apivore qui est un oiseau migrateur ressemblant à une buse.Nous avons pu observer, visibles à l'œil nu mais avisé, quatre chèvres sauvages qui se baladaient le long de la falaise des Perdigons.

Les terrasses et la ruine

Une halte devant cette vieille maison en ruine fut l'occasion de requérir quelques informations s'y rapportant. Elle ne figure pas dans les premiers cadastres Napoléoniens. On trouve des traces de sa présence en 1834 et fut abandonnée en 1945.


En un siècle donc, les nombreuses terrasses en pierre sèches qui l'entourent ont été construites. Détruites par le temps, elles ont été récemment remontées par la commune, après en avoir appris la technique auprès d'une association ardéchoise, "le Conservatoire des Terrasses".

La maison a certainement été abandonnée en raison de manque d'eau à proximité. La source à laquelle les habitants puisaient l'eau était éloignée. Le débroussaillage a permis de mettre à jour un réservoir de récupération des eaux de pluie.


La légende raconte que deux vieilles filles vivaient ici et s'écrivaient des lettres à elles-même pour que le facteur vienne les voir. Et à propos de facteur, longtemps la tournée de Chateauneuf de Bordette a été considérée comme une tournée cycliste, mais le facteur Gras de St Ferréol trouvait plus à son goût de la faire avec sa propre voiture.

La flore

Imodor à feuilles avortés, à tige violette, et qui ressemble à une asperge lorsqu'elle sort de terre. Elle est de la famille des orchidées et est dépourvue de chlorophylle.



La châtaigneraie est après les terrasses et la ruine une autre marque de l'occupation humaine de ces lieux. Les châtaigniers qui n'aiment pas les sols calcaires, ont profité d'un mince filon de calcaire gréseux.


En 1999, la forêt était impénétrable, envahie par des genévriers, des genêts et des pins. Les châtaigniers étaient étouffés. Il a fallu débroussailler mais en laissant le maximum d'arbres pour éviter de trop nombreuses repousses. La lutte contre les incendies s'opère en effet essentiellement par un entretien des sols. Le berger est donc chargé d'amener son troupeau aussi dans la forêt. Les chemins sont également entretenus car ils servent de coupe-feu.


Un recensement des arbres à été fait et la question s'est posée de savoir s'il fallait couper les vieux châtaigniers morts. Il a été préconisé par le CREN de les laisser, car même morts, ces arbres contiennent encore de la vie. Leurs troncs accueillent de nombreuses espèces animales, comme des chauves-souris, le Lucane Cerf-Volant, un coléoptère dont la larve consomme le bois mort, et des oiseaux qui y trouvent de quoi nicher.


En plus des châtaigniers, est également présent dans la forêt des Perdigons le pin maritime, caractérisé par de gros cônes et de grosses aiguilles, qui s'adapte mieux sur les terrains moins calcaires.


Merci aux intervenants et aux organisateurs qui avaient prévu de terminer ce bel échange autour d'un apéritif et de pizzas préparées dans le four communal. Pour une première ce fut une réussite.

2 commentaires:

françois BJR a dit…

Hello, bien intéressant ton compte rendu de cette journée, je n'en avais pas connaissance, j'étais à Mirabel au vieux moulin...
Les châtaigniers morts sont ils ceux de la forêt sous l'église St Michel?
J'ai réussi la veille à faire le tour entre Ventérol et le Cougoir: trés sauvage, un régal (mon C.R. sur singletrack.fr)
A+

Lena26 a dit…

Il y a plusieurs regroupements de chataigniers à Chateauneuf. le domaine des Perdigons est plutôt du côté de Aubres/Les Pilles, plus au Nord donc. D'ailleurs on voit le domaine d'en haut lorsque l'on fait les crêtes d'Essaillon.

Il y a trop de choses à faire en ce moment, on peut pas être partout :-)
Le Cougoir il faudra que je fasse ça un jour, je note.

A bientôt

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...